Contexte

La France et l’Europe se trouvent aujourd’hui au cœur de défis environnementaux sans précédents que sont la lutte contre le changement climatique et la forte hausse de consommation d’énergie à l’échelle internationale.

L’Union Européenne a adopté le « paquet climat-énergie » en 2008, avec les objectifs des « 3x20 », c’est-à-dire réussir d’ici 2020 à :

  • Porter à 20% la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique européen
  • Réduire de 20% les émissions de CO2 (par rapport à 1990)
  • Accroître de 20% l’efficacité énergétique

La mutation des réseaux vers des formes plus intelligentes, qui a donné le terme « Smart Grid », est une des voies privilégiées pour remplir ces objectifs. Des réseaux plus intelligents permettront de répondre à ces impératifs d’efficacité énergétique et d’intégration des énergies renouvelables, qui produisent de façon intermittente.

Des réseaux communicants

Les réseaux intelligents sont avant tout « communicants », grâce à des fonctionnalités émanant des technologies de l’information et de la communication (TIC). Les différents points du réseau, tant au niveau des producteurs que des consommateurs, sont ainsi capables de communiquer leurs données en temps réel, ce qui permet notamment d’optimiser l’équilibre entre offre et demande.

L’aspect fondamental des réseaux électriques est l’adaptation de la demande d’électricité (consommation) à l’offre disponible (production), car l’électricité ne peut se stocker1. Pour assurer l’équilibre du réseau électrique, le gestionnaire de réseau doit s’assurer que la prévision de consommation nationale correspond aux moyens de production. Jusque-là, la prévision de consommation était considérée comme largement inflexible. Les producteurs devaient donc répondre aux sollicitations du système, en utilisant si besoin des outils de production très flexibles.

Dans un fonctionnement « Smart », les consommateurs deviennent également des acteurs du réseau, capables d’adapter leur comportement. Ce changement de fonctionnement permet d’adapter la consommation à la production, dont une partie devient inflexible ou intermittente (les énergies renouvelables) ; il permet également de limiter les investissements du réseau et de réduire les besoins en outils de production, potentiellement polluants.

schema réseau

Source : Commission de Régulation de l’Energie

1Il existe des moyens de « stocker » l’électricité, notamment le pompage-turbinage qui consiste, sur un barrage hydroélectrique, à pomper l’eau et la stocker dans un réservoir pendant les heures creuses pour ensuite la réinjecter vers les turbines de génération d’électricité lors des heures de pointe de consommation. Il s’agit cependant d’une solution coûteuse avec un potentiel d’application limité.

×
Direct Energie Direct Énergie est un fournisseur privé d'électricité et de gaz apparu en France suite à la déréglementation du marché de l'électricité, lancée en 1999 (ouverture aux industriels) et achevée en 2007 (ouverture aux particuliers), qui a mis fin au monopole d'EDF et de GDF. 3099 http://www.projet-modelec.fr/fileadmin/templates/images/logo.svg